Demo
  • citoyenfrontmini 01
  • citoyenfrontmini 02
  • citoyenfrontmini 03

Qualité de l'air et transport

Article du Dauphiné libéré du 13 mars 2015

pour un Grenelle en urgence

Une quinzaine d'associations se mobilisent pour faire avancer le débat.

Des associations qui ont toutes en commun de vouloir faire quelque chose face à la dégradation alarmante de la qualité de l'air et l'engorgement croissant des axes routiers de l'ensemble du bassin annécien…

Grenelle"ce sont des associations très différentes qui se sont rassemblées", explique de son côté Olivier Labasse, membre de l'association Lac d'Annecy Environnement. "le collectif est apolitique et se veut représentatif de la société civile du bassin du lac. Son idée-force c'est de demander aux responsables élus des collectivités territoriales (conseil départemental et communauté d'agglo en particulier), l'organisation d'un débat pluraliste, ouvert pour une concertation bien menée sur un sujet majeur qui concerne le cadre et la qualité de vie des gens, leur santé, leur avenir et celui de leurs enfants, leurs finances…"
"on est tous concernés" confirme Bruno d'Halluin des "Amis de la terre 74". Et en matière de santé publique, on le sait, il y a danger. On a des études objectives qui ont été faites : par l'OMS, par l'INVS, avec les 70 décès causés chaque année à cause de l'air qu'on respire. Sans compter que 2014 a été l'année la plus chaude jamais observée…"
Il y a matière à s'inquiéter, insistent les membres du collectif. "on a des études inattaquables comme toutes celles réalisées sur le trafic routier, mais elles sont mises sous le tapis", s'agace Olivier Labasse, qui prône comme François Astorg une large information des citoyens. "Il faut ouvrir le débat, impliquer les habitants. Rendons les gens connaissants" insiste l'élu écologique d'Annecy.
Un moratoire pour faire une pause sur les investissements publics en matière de transports. Voilà ce qu'ils veulent obtenir, via cette mobilisation citoyenne, qui, annoncent-ils, va prendre de l'ampleur dans les mois qui viennent.
"Et il y a urgence vu les annonces faites par le Conseil Général concernant notamment le tunnel sous le Semnoz" assurent-ils. Un équipement qui va coûter cher à la collectivité et qui est un outil du passé, selon eux.
"Depuis plus de dix ans toutes les décisions prises vont dans le sens du trafic routier et ceci en complète contradiction avec les études prospectives réalisées et leurs préconisations, comme celle du schéma multimodal des transports du bassin annécien à l'horizon 2030, commandé par l'agglo au cabinet d'expertise TTK…"

Article d'Isabelle Davier, paru dans le Dauphiné Libéré le vendredi 13 mars 2015

 

Mots-clés: Environnement, Politique

Newsletter de l'Écho Gican