Demo
  • tokspofrontmini 01
  • tokspofrontmini 02
  • tokspofrontmini 03

Le Zanskar

Situation :

Le TchadarLe Zanskar est une petite vallée de l'Himalaya indien, peuplée d'environ 15 000 habitants répartis en 25 villages dont Padum, le plus important, compte un millier de résidents permanents (voir la carte).
A part une petite communauté musulmane à Padum, les Zanskarpas sont bouddhistes lamaïstes (Bouddhisme tibétain).
Le Zanskar fait partie de l'état de Jammu et Cachemire, l'état le plus septentrional de l'Union Indienne. Le Cachemire est très convoité par les deux grands voisins de l'Inde, la Chine et le Pakistan. Dans un passé récent, plusieurs conflits ont amené les armées de ces différents pays à se combattre dans la région. De ce fait, l'armée indienne est toujours très présente dans le Nord de l'état.
Culturellement, le Zanskar est l'une des parties du Laddakh, le " Petit Tibet ", dont la ville principale est Leh, dans la vallée de l'Indus. Mais, administrativement, il dépend du district de Khargil, à l'Ouest, et à majorité musulmane… situation paradoxale qui s'explique par le fait que la seule piste "jeepable" qui permet de gagner Padum en été part de Khargil pour franchir ensuite le Pensi La, à 4 400 mètres d'altitude.
Pour gagner " directement " le Zanskar depuis Leh, en été, il faut marcher environ une semaine sur des sentiers muletiers et passer plusieurs cols à 5000 mètres.
En janvier et février, cependant, le froid permet pendant quelques semaines d'utiliser le " Tchadar "(voir ci après).

Le Tchadar:

En hiver, la neige bloque la piste et les sentiers. Le Zanskar est donc alors coupé du monde. En janvier et février, cependant, le froid permet pendant quelques semaines d'utiliser le " Tchadar ", la rivière Zanskar gelée, qui devient ainsi un axe de communication pour entrer ou sortir de la vallée. Une piste, en cours de réalisation, permettra d'ici quelques années de relier la vallée de l'Indus au Zanskar tout au long de l'année. Cela désenclavera la vallée et permettra aux Zanskarpas d'accéder plus facilement à Leh.

Mots-clés: L'eau

Newsletter de l'Écho Gican