Demo
  • lbtfront 01
  • lbtfront 02
  • lbtfront 03
  • lbtfront 04
  • lbtfront 05

Flumet - Saint Nicolas

Flumet

Mardi 11 Octobre 2016

Par cette belle journée d’automne nous avions rendez-vous à l’Office de Tourisme à 10 h, pour la visite guidée du bourg avec ses ruelles, l’Eglise puis le Moulin et la Maison à « Tienne ».

Pour le repas, nous avons rejoint l’Auberge des Bougnettes située au-dessus du village. Dans le cadre chaleureux d’un chalet d’autrefois, nous avons apprécié le farcement qui est un plat typique du terroir savoyard. De là-haut, nous découvrons une vue panoramique sur Flumet et St Nicolas-la-Chapelle où nous sommes allés visiter l’Eglise, l’après-midi.

FLUMET est un ancien bourg fortifié. En 1679, le château fort et la ville furent ravagés par un terrible incendie. N’ayant pas les moyens d’entretenir cette forteresse, avec l’autorisation de Christine de Savoie, les pierres servirent à la reconstruction des maisons incendiées.

Face à l’Office de Tourisme se trouve une maison forte, reconnaissable à sa tour carrée. Elle portait le nom d’une grande famille noble de Flumet : les « de BIEU ». C’est le dernier des trois ‘châteaux’ encore debout. Elle daterait du 15ème siècle. La maison a conservé son aspect et une partie de ses vestiges anciens, dont la tour carrée, une chapelle privée et des armoiries sculptées au-dessus de l’entrée. Elle est toujours habitée, les derniers propriétaires sont des Hollandais.

De la place du château, nous avons une vue magnifique sur les maisons suspendues dont les fondations reposent à même la roche, surplombant l’Arly, 40 m en contrebas. Cet ensemble architectural d’une grande originalité, quasiment unique en Savoie, offre une vue vertigineuse et saisissante. Au loin nous apercevons l’Eglise et le Pont des Abymes.

Au sommet de la rue principale est érigée l’Eglise St Théodule, construite sur un rocher en cargnole (tuf), creusée de tombeaux. Elle a été reconstruite en 1682 suite à l’incendie de l’ancien édifice du 13ème siècle. Son clocher en forme de tour médiévale en pierres taillées et sa façade ont été conservés. Son plan original, son riche mobilier et ses autels baroques en font un monument à part.

Le Moulin à « Tienne » est situé à 32 m en contrebas, au bord de l’Arly. Nous descendons par un petit chemin très en pente ; de là nous apercevons le pont des Abymes construit entre 1875 et 1878, qui permet de relier Flumet à Notre Dame de Bellecombe. Au moulin nous attend Jean, qui nous a gardés plus d’une heure pour nous parler avec passion de ce moulin témoin du passé. Comme si le temps s’était figé avec tous ses trésors et outils d’alors, l’on remonte le temps pour arriver à l’époque où Etienne Mongellaz, dit « le Tienne », meunier de son état travaillait à moudre le blé à la force de son moulin hydraulique. Nous voilà dans les années 1820, et toute l’ingéniosité des anciens revient au premier plan. Depuis une quarantaine d’années, les lieux devenus propriétés communales sont réhabilités et restaurés afin de préserver ce patrimoine.

De l’extérieur du moulin, partait un câble installé par « Tienne » qui avait une fonction de « monte-charge – téléphérique » entre le moulin et la maison du meunier situé à 32 m au-dessus. Ce système évitait de monter à pieds les lourdes charges (100 kg le sac de grains après 1914), sur le chemin particulièrement pentu. L’activité cessera en 1973, à la mort de Tienne.

La maison de « Tienne » devenue Musée, renferme une exposition de photos du vieux Flumet, d’objets de la vie traditionnelle, de vieux costumes et un estaminet.

A 15 h 30, nous terminons par la visite de l’Eglise de St Nicolas-la-Chapelle, située à 1 km de Flumet. Cet édifice date du 17ème siècle.      L’extérieur de l’Eglise est d’aspect modeste, mais relevé d’un majestueux clocher à bulbe, à double lanternon et flèche élancée. Sa façade est ornée d’un portail typiquement baroque, surmonté d’une niche avec la statue de St Nicolas et les « 3 enfants du saloir » (selon la légende, St Nicolas aurait ressuscité 3 petits enfants mis dans un saloir).

L’Eglise possède à l’intérieur d’admirables retables et une orgue. Ses fresques et son maître d’autel en baldaquin, unique en Savoie sont remarquables. Sa qualité architecturale et la richesse de son mobilier valent à cette Eglise d’être inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1989.

Mots-clés: visites, Histoire

Newsletter de l'Écho Gican